Mariages forcées

Le rappeur Smarty s’engage avec l’Unicef contre le mariage des enfants au Burkina Faso

Légende du hip-hop burkinabè, Smarty s’est engagé avec le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), comme porte-voix de Ne m’appelez pas Madame, une campagne contre le mariage des enfants dans son pays.

Publié le : 8 juillet 2019 à 06h44min Auteur : Gabon Matin
Crédit photo : © 2019 D.R.

Le chanteur a signé une chanson « Ombre de la nuit » inspirée de la vie d’une jeune fille de 16 ans, mariée de force, qui l’a contacté via les réseaux sociaux. Le vidéo clip de la chanson, montre une réalité crue et raconte l’histoire d’une jeune fille mariée avant de le vouloir. On y voit une jeune fille dans des habits trop grands pour elle, parée de bijoux, en robe de mariée, entourée d’une foule agitée et heureuse de l’union à venir.

La vidéo de la chanson de sensibilisation

En réalisant cette chanson, le rappeur âgé de 40 ans s’est fixé un objectif : sensibiliser, mais ne pas choquer. « Autour de nous, on a tous des proches qui ont vécu ça, des mères d’amis qui n’ont pas choisi leur époux. Plusieurs générations sont nées de ce genre de mariage, au sein desquels les femmes ont appris à trouver une forme d’équilibre. C’est donc sensible et il faut l’aborder avec beaucoup de respect et de tact  », a souligné Smarty dans un communiqué de presse rendu public vendredi par l’UNICEF.

Au Burkina Faso, une fille sur deux (52%) est mariée avant l’âge de 18 ans et une sur 10 (10%) avant l’âge de 15 ans. Le pays d’Afrique de l’Ouest affiche le cinquième taux de prévalence du mariage d’enfants le plus élevé au monde bien que le mariage y soit pourtant interdit avant 17 ans.

-----

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !